Mercredi 16 décembre, nous sommes quatre à nous préparer pour des belles découvertes. Yann et Alex prévoient de faire l'escalade repérée la fois dernière avant le siphon amont de la vraie-fausse seconde rivière, tandis qu'avec Jérémie on projette de topoter la partie explorée derrière le siphon amont de cette même branche.
On se quitte donc au niveau du premier siphon, puis c'est pour Jérémie et moi un long travail de topo qui s’amorce. On fait aussi quelques photos, un peu vilaines, mais ce sont les seules qui existent de cet endroit magnifique ! On prend aussi le temps d'admirer et de fouiller. Au total, derrière ce siphon de 30 mètres, on topographie 523 mètres, dont 463 le long de la rivière. Et on n'a pas topographié les deux affluents que j'ai remonté la dernière fois, il reste encore du travail ! Arrivés devant le deuxième siphon, encore vierge, on fait le point. Cela fait près de 8 heures qu'on est sous terre. Est-ce qu'on poursuit l'explo, ou la topo dans les affluents, ou bien on rentre à la maison ? On poursuit l'explo, bien sûr !
On refait tout le chemin inverse pour récupérer les blocs restés devant le premier siphon. Laissant un Jérémie envieux sur la grève, je me lance dans le nouveau siphon. Il est vite franchi : 20 mètres de long pour 4 de profondeur.Je fais donc demi-tour et retrouve Jérémie qui m'attend. On décide de le passer à deux chacun sur une quatre litres. La première qui nous attend derrière sera d'autant plus belle faite à deux. La rivière que l'on découvre à présent ressemble à celle qu'on a laissée de l'autre côté, mais avec des dimensions plus modestes. C'est qu'on a perdu du débit en laissant sur le côté plusieurs affluents mineurs. Pourtant, contre toute attente, le plafond se relève soudain et l'on progresse à présent dans un beau méandre, pas très large mais très confortable. Le plafond est quant à lui hors de la portée de nos éclairages. A plusieurs reprise on accède à de vastes volumes plus en hauteur, sans voir cependant de nouvelles galeries. Beaucoup reste à fouiller. Le méandre poursuit sa route sinueuse jusqu'à buter contre une grosse cascade de plus de 15 mètres, dans un grand volume. L'ambiance est saisissante. Cette escalade reste un objectif réalisable, et on fait demi-tour heureux de cette belle première et de ces nouvelles perspectives d'exploration. Au total, on a estimé le développement de ce nouveau méandre à 600 bons mètres. La Maoure ne nous a pas livré tous ses secrets !
Lorsqu'on repasse le premier siphon, Yann et Alex sont déjà sortis. Ils ont de leur côté fait deux escalades de 20 mètres au total, la suite nous attend, toujours plus haut. A court de goujons, ils laissent cette belle première pour une autre fois. Pour nous, le retour est long avec tous ces blocs et tout ce matériel, et on ressort fatigués mais heureux après ces 13 heures passés sous terre.
Ci-joint quelques photos de l'inter-siphon de la vraie-fausse seconde rivière, et le nouveau report topo sur la carte IGN .

Salut à tous !

au-dessus-de-la-riviere  coulee-de-calcite

drole-de-stalactite  la-vraie-fausse-seconde-riv 

passage-de-voute-mouillante progression-dans-la-riviere

section-de-galerie  vraie-fausse-seconde-rivère

perles-des-cavernes  report maoure basse def