le Blog du Groupe Spéléologique du Couserans

22 avril 2016

Congrès spéléo du 16 et 17 avril à Villegly

Départ matinal à 6 heures sonnante pour les quelques membres du G. S. Couseran en direction de Villegly dans l’Aude, petit groupe constitué de Nadine, Alex, Jean Michel et Philippe. Nous arrivons sur place vers 8h30, remplissons quelques formalités d’inscriptions sans oublier la topo et filons en direction de la grotte de Varennes. Nous mettrons environ 3 heures pour descendre cette belle cavité bien balisée par l’organisation, progression sans trop de matériel, pas de puits à franchir juste quelques mains courantes dont certaines passerons avec la poignée, quelques passages à effectuer en opposition pas toujours sécurisés, nous emprunterons également quelques étroitures ou il fallu se contorsionner afin de passer sans trop frotter, nous arrêterons sur une partie assez boueuse et étroite et referons le chemin inverse d’un bon train…

Piquenique bucolique sur le bord de la rivière après cette ballade dans les entrailles de la terre, l’après midi se passera tranquillement en attendant le repas pris en commun dans la salle des fêtes, ce weekend restera marqué par la spéléo et non par la gastronomie… Soirée dansante ensuite et une nuit plus ou moins longue pour certains…

Réveil vers 8 heures, p’tit déjeuner puis départ vers une nouvelle cavité, la grottes des Vents d’Anges, le parking est rempli, nous allons y croiser du monde durant notre aller retour, il ne faut pas trainer car Alex doit être rentré pour 15 heures, la grotte ressemble en partie à celle d’hier avec quelques puits en plus dont un de 20 mètres, la corde de l’un d’entres eux sera en piteux état et se cassera par la suite, la progression se fera d’un bon pas avec le passage de quelques mains courantes, des sections en escalades et désescalade, quelques passages étroits et une longue partie dans les méandres du lit de la rivière, nous arrêterons à -250 mètres dans une salle ou bon nombres de personnes se ravitaillaient. Le retour sera effectué au pas de course afin de rentrer au camping vers 15 heures, nous y prendrons un rapide repas, une petite douche et tout ce p’tit monde s’en retournera dans notre Couseran.

Philippe

2016-04-17 11

 

 

 

2016-04-17 11

2016-04-17 11

2016-04-17 12

Posté par philou221 à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 avril 2016

jeudi 7 avril Désob. à la Tute de Jovis supérieur

 A 50 m de l'entrée, à droite dans la grande salle , Nadine, Violette et moi-même, nous nous sommes acharnés sur une galerie déclive obstruée par d'important dépot d'argile et de pierre. La tache n'est pas facile puisqu'il faut enlever tout ce conglomérat en position couchée pour remplir un kit tiré par une corde qui devient de plus en plus lourd au fil des heures, des jours, des semaines, euh... non je m'égare...au fait combien de temps avons-nous creusé ? Entrée à 15h, sortie à 18h30 mais le boulot de bagnard, ça parait long...On a bien avancé d'un bon mètre et amélioré l'approche mais pas un souffle d'air, Nadine dit pourtant que cette galerie dont on aperçoit la continuité( espace d'une trentaine de cms entre la voute et l'amas d'argile) doit mener à l'actif en-dessous. Ya d'l'espoir, j'vous le dis !

Pour nous laver de nos cochonneries, pas celles auxquelles vous pensez, nous sommes descendus à l'actif et en avons profité pour nous balader, dans l'eau jusqu'à la taille, en direction du syphon mais tout le monde n'est pas Franck pour continuer au delà. C'était une 1ère pour Violette et pour moi, ça vaut le coup, c'est une jolie petite galerie

Jean-Michel

Posté par jeanmi09 à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grotte de Noël

Sortie du dimanche 13 septembre 2015 à la grotte de Noël, dans la vallée d'Estintz. Compte rendu de Viollette.

Le groupe se composait de Nadine, Philippe, Cyril, Anaïs et Viollette.

Sous la conduite de Nadine, nous sommes entrés dans cette cavité s'ouvrant au bord d'une route aux environs de 10 heures. Après quelques dizaines de mètres dans un couloir descendant étroit, nous avons débouché dans une jolie salle aux formes arrondies. De là, une succession de puits et de désescalades nous ont amené au fond, à la côte - 65.

Le repas pouvant se faire attendre, nous avons suivi la rivière jusqu'au siphon aval. Cette dernière coule dans un lit de marbre noir veiné de blanc aux formes arrondies, très joli...A ce stade là, le repas ne pouvant plus se faire attendre, nous l'avons rejoint, lui et nos affaires laissés plus haut.. (A ce moment là, je regrettais amèrement le bain de boue qui m'avait trempée jusqu'aux os..) En guise de digestif, nous remontâmes la rivière jusqu'au siphon amont...

Le retour s'est montré difficile pour certains en raison de l'étroitesse de certaines têtes de puits... Pour d'autres, les protestations de Cyril ont été tout aussi éprouvantes... Mais tout le monde a fini par sortir, même ceux qui, à mi-parcours, n'en avaient pourtant pas l'air convaincus...

Merci beaucoup Nadine !

 

Posté par belette09 à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2015

L'explo se poursuit à la Maoure !

Mercredi 16 décembre, nous sommes quatre à nous préparer pour des belles découvertes. Yann et Alex prévoient de faire l'escalade repérée la fois dernière avant le siphon amont de la vraie-fausse seconde rivière, tandis qu'avec Jérémie on projette de topoter la partie explorée derrière le siphon amont de cette même branche.
On se quitte donc au niveau du premier siphon, puis c'est pour Jérémie et moi un long travail de topo qui s’amorce. On fait aussi quelques photos, un peu vilaines, mais ce sont les seules qui existent de cet endroit magnifique ! On prend aussi le temps d'admirer et de fouiller. Au total, derrière ce siphon de 30 mètres, on topographie 523 mètres, dont 463 le long de la rivière. Et on n'a pas topographié les deux affluents que j'ai remonté la dernière fois, il reste encore du travail ! Arrivés devant le deuxième siphon, encore vierge, on fait le point. Cela fait près de 8 heures qu'on est sous terre. Est-ce qu'on poursuit l'explo, ou la topo dans les affluents, ou bien on rentre à la maison ? On poursuit l'explo, bien sûr !
On refait tout le chemin inverse pour récupérer les blocs restés devant le premier siphon. Laissant un Jérémie envieux sur la grève, je me lance dans le nouveau siphon. Il est vite franchi : 20 mètres de long pour 4 de profondeur.Je fais donc demi-tour et retrouve Jérémie qui m'attend. On décide de le passer à deux chacun sur une quatre litres. La première qui nous attend derrière sera d'autant plus belle faite à deux. La rivière que l'on découvre à présent ressemble à celle qu'on a laissée de l'autre côté, mais avec des dimensions plus modestes. C'est qu'on a perdu du débit en laissant sur le côté plusieurs affluents mineurs. Pourtant, contre toute attente, le plafond se relève soudain et l'on progresse à présent dans un beau méandre, pas très large mais très confortable. Le plafond est quant à lui hors de la portée de nos éclairages. A plusieurs reprise on accède à de vastes volumes plus en hauteur, sans voir cependant de nouvelles galeries. Beaucoup reste à fouiller. Le méandre poursuit sa route sinueuse jusqu'à buter contre une grosse cascade de plus de 15 mètres, dans un grand volume. L'ambiance est saisissante. Cette escalade reste un objectif réalisable, et on fait demi-tour heureux de cette belle première et de ces nouvelles perspectives d'exploration. Au total, on a estimé le développement de ce nouveau méandre à 600 bons mètres. La Maoure ne nous a pas livré tous ses secrets !
Lorsqu'on repasse le premier siphon, Yann et Alex sont déjà sortis. Ils ont de leur côté fait deux escalades de 20 mètres au total, la suite nous attend, toujours plus haut. A court de goujons, ils laissent cette belle première pour une autre fois. Pour nous, le retour est long avec tous ces blocs et tout ce matériel, et on ressort fatigués mais heureux après ces 13 heures passés sous terre.
Ci-joint quelques photos de l'inter-siphon de la vraie-fausse seconde rivière, et le nouveau report topo sur la carte IGN .

Salut à tous !

au-dessus-de-la-riviere  coulee-de-calcite

drole-de-stalactite  la-vraie-fausse-seconde-riv 

passage-de-voute-mouillante progression-dans-la-riviere

section-de-galerie  vraie-fausse-seconde-rivère

perles-des-cavernes  report maoure basse def

 

 

 

Posté par GSCouserans à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 novembre 2015

La mine perdue

J'ai découvert cet endroit grâce à des collègues spéléo qui l'avaient eux-mêmes cherché à maintes reprises. Après ma première visite de cette mine perdue dans les broussailles Ariégeoises m'y revoilà avec Cyril et Bernard. Je retrouve l'entrée au milieu d'un effondrement, le passage creusé par famille Blaireau nous dispense de mettre la corde. Nous accèdons à de vastes galeries par deux puits d'une vingtaine de mètres et cheminons au milieu des vestiges miniers, rails, wagonnets, pelles, tuyaux ....La cavité est imprégnée d'une présence irréelle.On imagine le tumulte et le va et vient des mineurs de l'époque De tous les côtés s'ouvrent des boyaux vidés de leur précieux minerai. La roche encaissante est du calcaire griotte de toute beauté.. Des concrétions aux couleurs étonnantes nous laissent en admiration, du bleu, du rose, du jaune, ce n'est pas courant. Cela est sans doute dû à la présence de veines de minéralisations hydrothermales. Aprés quelques séances photos il est temps de remonter vers la surface, mais nous pensons bien revenir pour explorer tous les recoins.

              

IMG_8742rr.JPG

 

 

 

 

Posté par belette09 à 16:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]


01 novembre 2015

Maoure toujours...

Nos dernières explos à la grotte de la Maoure dataient de 5 ans. En une année, nous avions avec une équipe constituée autour de Guillaume, Nadir et moi  exploré et topographié  près de 6 kilomètres, dans des gros volumes et derrière 4 siphons. On avait laissé le trou avec quelques beaux points d'interrogations...
Retour ce vendredi 30 octobre avec Jérémie, Olivier et Alex, avec pour objectif la plongée du siphon terminal de la vraie-fausse seconde rivière. Ne sachant pas ce que cette plongée va nous offrir, on prévoit pour cette première d' acheminer le matériel pour un seul plongeur, avec des bouteilles de 4 litres. Ce sera aussi l'occasion pour le reste de l'équipe de découvrir la cavité, car ce n'est que leur deuxième incursion. Il nous faut un peu plus de trois heures pour atteindre le siphon, en prenant le temps de s'émerveiller et de faire quelques images.
Enfin prêt, j'attaque l'explo du siphon qui s'avère ne faire que 35 m de long pour 7 m de profondeur. Derrière, je retrouve une galerie très large mais peu haute, très concrétionnée. Devinant une baisse de plafond au loin, je m'assure tout d'abord qu'un autre siphon ne stoppe pas la progression de suite. Je constate vite que le passage bas n'est que temporaire, et retourne donc prévenir les copains que le siphon est franchi et que je pars pour maximum 2 heures de première et de découvertes. La progression dans la rivière est aisée. Quel plaisir d'avancer dans une galerie inconnue, vierge de toute incursion, sans traces. Il y a des départs à plusieurs endroits, certains qui s’arrêtent sur des colmatages de calcite, d'autres qui nécessitent pour continuer en sécurité l'usage de cordes. Il y a de très nombreuses concrétions, des perles des cavernes (une grosse comme un œuf de poule), des excentriques. J'observe de nombreux Aphaenops de grande taille (pour un Aphaenops, s'entend), et ai une pensée pour Arnaud et Charles. Mais je reste concentré sur l'actif. Un peu plus loin, de grosses coulées de calcite viennent toucher la surface de l'eau. Je crains que ça ne soit la fin de l'explo facile, et qu'un siphon m'attend. Heureusement, un chenal au plafond laisse une petite revanche d'air et me permet de passer. Derrière, la rivière reprend de plus belle. Je finis tout de même, après plus de 400 mètres estimés, à buter sur un autre siphon, le dixième de la cavité, et le sixième depuis l'entrée. Il semble aisément plongeable, mais ce sera pour une autre fois. Je remonte un petit affluent sur plus de 100 mètres, arrêt sur un autre siphon, plongeable lui aussi, mais y acheminer des bouteilles ne sera pas aisé. Au total, plus de 550 mètres estimés d'explorés, la topo nous le dira plus précisément. Je retrouve le reste de l'équipe qui est au rendez-vous, ils ont pendant ce temps trouvé un joli bout de méandre d'une cinquantaine de mètres qui bloque temporairement sur une escalade. Il faudra revenir dans ce secteur ! Comme elles sont à peine entamées, je laisse mes 4 litres, en misant sur un retour prochain. Ça risque d'être chaud de la faire avant mon départ pour la Birmanie, le 13 novembre, mais à bon entendeur... Il faudrait passer à deux plongeurs pour faire la topo et plonger ce nouveau siphon. On retrouve la sortie en moins de 2h30, pour huit bonnes heures passées sous terre.
On a filmé tout le long du parcours, malheureusement la caméra est tombée en rade de batterie après avoir filmé 3 secondes de première... Voici quelques images montées vite fait. C'est un peu long, mais ça donnera un aperçu pour ceux qui voudront venir.
A bientôt !

 

Maoure octobre 2015

Posté par GSCouserans à 21:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 octobre 2015

Ballade à Pèneblanque

Sortie du samedi 24 octobre avec Jean-Michel, Anaïs et Cyril.

Nous somme partis donc pour aller dans la grotte de Pèneblanque, en principe jusqu'à la salle du dromadaire. Nous nous sommes retrouvés à 9 heures à Arbas. De là Labaderque puis 1 h 30 de marche jusqu'à  la grotte. Montée à la corde à noeuds pour se faire les muscles jusqu'à l'entrée puis on rampe pendant assez longtemps, très long laminoir mais un vrai boulevard par rapport à la grotte des Fadettes. Ceux qui l'ont faite comprendront. Là, on arrive aux premiers puits que l'on contourne, descente en corde à noeuds sur pente glissante, donc pas mal sur les fesses !!! L'endroit est beau, grand, large, on rentre là dans les premiers beaux grands volumes de Pèneblanque. Puis on descend entre les blocs et on arrive dans une partie descendante en zigzag jusqu'à arriver à la chatière 52 qui aujourd'hui, pas de chance est un peu remplie d'eau. On a toute de même pas besoin d'aller prendre le shunt, mais on continuera la sortie mouillés. Enfin on approche de la boîte aux lettres, dont aujourd'hui je me méfie. On constate que la corde est très épaisse et sur un bon conseil d'Anaïs, on met tous le descendeur en 0 pour descendre plus facilement. Cela passe bien, puis re-corde sur un petit ressaut et on redescend  après s'être longés sur des passages hasardeux on arrive à la première grande salle en dessous de la boîte aux lettres. Et là c'est encore plus grand et beau. Il y a plein de concrétions au plafond, des vrais lustres. On est content, on avance, cela va tout seul, il n'y a pas de difficultés paticulières. Anaïs va toujours un peu trop loin devant mais bon, cette fois on ne la perd pas. On met un peu de repère pour le retour, ce n'est vraiment pas l'endroit pour se perdre. Ce réseau est sans fin... Et au bout d'un certain temps on arrive à quelque chose qui ressemble au Dromadaire. Je dis " on y est" et on s'arrrête pour manger. C'est beau, c'est grand, c'est confortable.Jean Michel et moi sommes un peu fatigués et on décide de faire demi tour. En fait, en sortant et en regardant la carte, on pense qu'on a été jusqu'à la salle du Bivouac, j'avais effectivement un doute, mais bon ce n'est pas grave. Sur le retour Anaïs a ramassé quelques poubelles de 1950 pour nettoyer ce beau réseau. Le retour se passe bien, on ne se perd pas. Le repassage dans la boîte aux lettres n'est jamais très confortable, Jean Michel mazègue un moment pour en sortir. Le mieux c'est tout de même le pantin avec un pied et laisser tomber la pédale. On continue, cela passe bien. Puis on sort et on essaie d'éviter les cailloux que font tomber les autres au dessus dans le pierrier . J'ai appris après qu'il y avait aussi parfois des cailloux qui tombaient de la montagne. Donc il vaut mieux garder le casque jusqu'à la fin du pierrier. Retour à Arbas, en a peu près bonne santé, JM est tombé une fois sur les fesses un peu durement et moi une fois aussi mais sans conséquence.

Sortie vraiment à recommander, toujours surprenante et variée. TPST 6 h

Cyril

 

Posté par belette09 à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2015

Plongée à Labouïche

Compte-rendu de la plongée du siphon terminal de Labouïche, organisée avec le CDS 09 et la grotte de Labouïche.
Nous étions au final 9 spéléos, Olivier, Flo, Jean-Marc, Pierre, Patrick, Nadine, Philippe, Vincent et moi (d'autres passeront avant ou après nous dire bonjour) à nous retrouver à 9h00 devant l'accueil de la grotte. Un café offert par la direction, puis nous nous équipons, déjà sous l’œil de la presse venue en nombre. A 10 heures, nous embarquons sur une barge et nous faisons guider, toujours suivis par la presse qui nous accompagne jusqu'à la cascade Salette, terminus de la partie touristique. Une heure de progression, certains en passant par le siphon d'autres en prenant le shunt, et nous sommes devant le siphon. On partage un gâteau préparé par Pierre qui fête, bougies à l'appui, sa dernière visite dans cette cavité 40 ans plus tôt. Je m'équipe et file dans l'eau, essayant de ne pas trop traîner pour bénéficier de la meilleure visi possible. Je pose mon fil tout en suivant les 2 déjà en place, qui disparaissent dans une dune de sable au bout de 35 mètres. Je retrouve plus loin des pelotes et dois faire un peu de ménage. Le conduit continue de descendre de manière régulière, c'est une belle galerie de 3 mètres de large abondamment remplie de sable et d'argile. J'atteins l'ancien terminus et peux continuer à progresser grâce à mes petites bouteilles (6 litres) portées latéralement. Mais au bout de 105 m, à -43 m de profondeur, le conduit s'abaisse encore. Des lames de roches au plafond me laisse envisager deux possibilités, à droite ou à gauche. Gardant le cœur à gauche, j'opte pour cette dernière, malheureusement quelques mètres plus loin le passage devient impossible. La touille qui s'est soulevée m'empêche d'aller voir de l'autre côté. Retour et sortie du siphon après 25 minutes de plongée.
Je suis sceptique sur les possibilités de passer, mais cela reste à revoir, si possible après de fortes crues qui pourraient déplacer temporairement le sable (mais le déstabiliser par la même occasion..). Il faudra quoi qu'il en soit faire la topo, impossible à dresser lors de l'explo avec de telles visi.
Nous avons encore le temps, je pars plonger un vasque à proximité mais qui est sans suite puis nous rentrons en visitant par ci par là des affluents. Il était convenu qu'un guide vienne nous chercher à 14h00, 15h00, 16h00 et 17h00 dernier délai au terminus, c'est la navette de 15 heures que nous prendrons.
La presse est encore là, nous faisons part de nos résultats devant un nouveau café, transmettons nos quelques images avant de nous quitter.

Ce fut une journée très agréable pour tous, la visite vaut le détour !
Nous avons été bien accueillis par les responsables de la cavité, qui sont prêts à renouveler l'expérience pour une autre plongée. Surtout, nous avons glisser l'idée de reprendre la topo, ce qui serait bénéfique pour eux et permettrait de planifier d'autres sorties intéressantes pour de nombreux spéléos. L'affaire est donc à suivre, je pense que ça pourra se faire.
Côté presse, nous avons été surpris par l'engouement qu'a suscité cette plongée. La notoriété de Labouïche et l'effort de communication des gérants y sont pour beaucoup, mais il faut tout de même noter que notre activité soulève intérêt et curiosité, et tous (Ariège News, La Dépêche, L'Ariégeois Magazine, La Gazette Ariégeoise, FR3) sont prêts à revenir et à reparler de nous  pour faire rêver leurs lecteurs ou téléspectateurs. Sachons en profiter !
 S'il est vrai que c'est typiquement le genre d'explo où je n'aurais pas prévenu la presse (première plongée de reconnaissance dans un siphon loin d'être gagné ; on fait pareil ou mieux chaque semaine aux 5 coins de l'Ariège), je pense qu'au final ça aura été positif.

Encore merci à tous les participants, et à bientôt !

labouiche 14 oct (1)  labouiche 14 oct (3) 

labouiche 14 oct (2)  labouiche 14 oct (5)

    labouiche 14 oct (4)  PA140268

 

PA140261  PA140253

labouiche 14 oct (7)

 

 

 

Posté par GSCouserans à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2015

Retour à la Maoure

Ce mercredi 07 octobre, plus de 4 ans après notre belle épopée à la Maoure, nous venons enfin y remettre les palmes. Pas d'explos aujourd'hui, le but est de faire découvrir la cavité à Jérémie, Olivier, Alex et Yann. On prévoit d'aller jusqu'au bivouac pour voir son état et planifier à partir de là de futures explos. Après avoir récupéré la clef chez Muriel, nous démarrons tous ensemble et franchissons les 4 siphons. Belle découverte pour les premiers, progression dans la touille pour les autres ! Nous savourons la progression post-siphon, pour ma part je ne me rappelais pas que c''était aussi beau ! Nous décidons de passer par les trémies (les 2 équipements laissés sur place pour grimper le puits sont dans un état plus que moyen). A la fin de la première trémie, Olivier doit nous abandonner car il faut qu'il soit tôt sur Toulouse. Nous poursuivons et débouchons enfin dans les grandes galeries. On se dirige vers le bivouac.

Comme on le craignait, la tente que nous avait filé Tétard est dans un piteux état : le toit en coton a complètement moisi et part en morceau. Seul le double toit en nylon est encore en place... le temps qu'on y touche : toutes les coutures doivent être en coton et il se désagrège sous nos doigts. Tout ça va partir à la poubelle avec nous au retour. Pour le reste, tout est en bon état : il y a encore des barres de céréales et des barres chocolatées périmées de 4 ans... pas si mauvaises ma foi. On poursuit jusqu'aux escalades qu'on projette de faire. Yann est enthousiaste !

Retour avec quelques photos, sortie sans encombres 8 heures environ plus tard.

On prévoit d'y retourner prochainement pour plonger le siphon de la vraie-fausse seconde rivière, puis on attaquera les escalades...

PA070197  PA070186 PA070171  PA070181

 PA070201

Posté par GSCouserans à 22:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 septembre 2015

Plongée dans l'affluent de Cassagnous

Salut à tous,

Un bref compte-rendu d'une petite sortie hier (29/09/15) avec Jérémie à Cassagnous où nous avons poursuivi l'exploration de l'affluent qui arrive au niveau du S3, appelé sommairement "affluent du champ à Poum". On y avait fait une plongée avec Arnaud il y a quelque temps...
D'abord, Jérémie a équipé le premier siphon d'un fil métré ce qui m'a permis de faire la topo en suivant derrière. Ce siphon fait 136 m, -10. Il avait été franchi en 1987 par Christian Masia. Derrière, 17 mètres d'exondé, puis topo du deuxième siphon que j'avais plongé en première lors de la sortie d'Arnaud. Ce siphon fait 105 m, -19. Donc 258 m de topo supplémentaires rentrés sur un fichier vtopo, mais qui n'est peut-être pas la dernière version de Cassagnous,
Derrière ce S2, j'avais à l'époque exploré un petit bout d'exondé sans suite, celle-ci se trouvant dans un S3 à quelques mètres de la sortie du S2.
J'ai plongé hier ce S3, franchi au bout de 70 m pour 8 m de profondeur. Exploration derrière de 40 ou 50 d'exondé étroit, arrêt sur étroiture. Il faudra revenir faire la topo manquante et donner quelques coups de massettes sur des rognons (dolomie qui part bien), mais on n'ira pas loin... TPST : 5h30. 2x4 l pour Jérémie, 2x6 l pour moi, avec relais 4 l. Configuration latérale. Entrée part la Résurgence pour Jérémie, par le puits pour moi. Sortie par la résurgence.


A plus !
Franck

Posté par GSCouserans à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]